Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cachez ces seins

Pin it!

Ce fait nous est rapporté par le Quotidien de l'Art du 19 janvier dernier et a pour protagoniste le Musée d'Orsay, une artiste contemporaine et un respectable grand maître de la peinture, Édouard Manet.

L'auguste musée avait, dans un souci de populariser la peinture autant que de faire un peu de retape commerciale, proposé "d'emmener [les] enfants voir des gens tout nus". Ce n'est pas moi qui le dit mais une publicité pour l'exposition "Splendeurs et misères, images de la prostitution, 1850-1910" (22 septembre 2015 au 17 janvier 2016). Cette promesse a été tenue au-delà de toutes les attentes, au grand dam du musée parisien.  

L'artiste luxembourgeoise Deborah de Robertis a profité de l'exposition temporaire sulfureuse pour réaliser une performance qui a affolé agents de surveillance des salles, responsables du musée et forces de l'ordre.

Dans le but de "rendre compte de la violence symbolique qui entoure le corps des femmes... et de rendre visible aux yeux du grand public une mécanique de censure installée autour de la nudité féminine", nous dit Sarah Braun dans le magazine web FemmesDeborah de Robertis a choisi le samedi 16 janvier, de reproduire en live l'Olympia de Manet, en se déshabillant au milieu du public. L'objectif était également, nous apprend le Quotidien de l'Art, de filmer les réactions du public et de l'interpeller également sur la liberté de l'artiste et sur la question de la censure.

La réponse des autorités et de l'institution culturelle a, en quelque sorte, répondu aux attentes de Deborah de Robertis puisque ce sont les forces de l'ordre qui ont mis fin à la performance de l'artiste – à la demande du musée organisateur. Celle-ci s'est élevée contre cette forme de censure et ce que son avocat qualifie de "pudibonderie judiciaire". 

"Voir des gens nus", avait promis le prestigieux Musée d'Orsay. La promesse a été respectée au-delà de toutes les espérances, par la même artiste qui avait rendu chèvre le musée d'Orsay en exposant son sexe devant le tableau L'Origine du Monde de Courbet. C'était en 2014. L'artiste avait écopé à l'époque d'une condamnation pour exhibition sexuelle. Cette fois, Deborah de Robertis s'en tire avec un rappel à la loi. Jusqu'à la prochaine performance ? 

"La performeuse Déborah de Robertis arrêtée samedi au musée d’Orsay",
Quotidien de l'Art, 19 janvier 2016

Sarah Braun, "Déborah de Robertis arrêtée à Paris", in Femmes, 18 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.