Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aimez-vous Tamara Drewe?

81Ny-TRNvpL._SL1500_.jpgTamara Drewe de Posy Simmonds peut être qualifié de roman graphique. Et pas des moindres. Le terme de roman graphique mérite que l'on s'y arrête : ce vocable un peu gadget est sensé qualifier des bandes dessinées pour adultes, généralement un peu plus bavardes et (donc) plus sérieuses que les autres livres de ce genre. Or, Tamara Drewe est bel et bien le plus bel exemple de roman graphique. Dans ce livre qui fait la part belle à la littérature, le texte est riche et omniprésent au point que, sur certaines pages, les dessins servent avant tout d'illustrations. L'écrit est d'ailleurs au centre de ce remarquable livre, qui a par ailleurs fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2010, réalisée par Stephen Frears, avec Gemma Aterton dans le rôle principale (voir la vidéo en bas de cet article). 

Dans un cottage anglais, Beth Hardimann gère en maîtresse femme une résidence pour écrivains en compagnie de ses deux employés, Mary et Andy, un sémillant jardinier. C'est également elle qui gère la carrière de son mari, Nicholas, écrivain à succès, imbu de lui-même en plus d'être volage.

Débarque Tamara Drew en plein été. Cette journaliste, originaire de cette campagne anglaise et tout juste débarquée de Londres, est bien décidée à s'installer à Winnards Farmhouse, la ferme voisine.

Qui n'aimerait pas Tarmara Drewe ? Trentenaire chroniqueuse dans un quotidien national, pétillante, indépendante, sensible, elle ne laisse personne indifférent, à commencer par les hommes, Nicholas, Andy – et bien d'autres. Son arrivée dans cette campagne tranquille va complètement bouleverser, pour le meilleur et pour le pire, les petites vies tranquilles et mornes de ses habitants. 

Posy Simmonds croque avec génie, grâce, humour mais aussi cruauté des personnages emportés par le souffle de la passion, du désir, de la concupiscence, de la jalousie mais aussi de la frustration. L'auteur réserve ses plus belles flèches pour le petit monde de la culture – écrivains ambitieux, intellectuels prétentieux, stars sur le retour, journalistes indiscrets. Posy Simmonds se fait balzacienne lorsqu'elle dépeint la comédie humaine de cette modeste région anglaise. Quant à l'héroïne principale, c'est le personnage le plus romanesque qui soit, et, assurément, il est impossible de ne pas aimer Tamara Drewe. 

Posy Simmonds, Tamara Drewe, éd. Denoël Graphic, 2008

Les commentaires sont fermés.