Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le monde

  • Inst-art-gram

    Pin it!

    De jeunes artistes se révèlent sur Instagram, nous apprend Le Monde dans son édition du 26 juin dernier (Roxana Azimi, "Les jeunes artistes se révèlent sur Instgram"). On savait les réseaux sociaux à l’affût de la moindre occasion de s’immiscer dans l’économie réelle ; on se doutait moins que les artistes pouvaient s’emparer d’un réseau social plus connu pour les frasques des Kardashian que pour la création contemporaine.

    Et pourtant. Et pourtant, le célèbre quotidien du soir mentionne l’artiste nantaise Ariane Yadan qui a vendu une photo sur Instagram ou de Jean-Baptiste Boyer qui a vendu des œuvres sur Internet, avant sa première exposition à la galerie Laure Roynette (Paris 3e).

    Verrait-on l’émergence d’une nouvelle forme de collections d’art ? Il est probable que oui, si l’on en croit une étude faite par Artsy datant de 2015 – autant dire une éternité à l’ère du numérique. D’après le site spécialisé, il y a déjà 3 ans, 51,5% des collectionneurs d’art avaient acheté au moins une œuvre sur Internet. Et aujourd’hui, Instagram représente un milliard d’utilisateurs et s’avère être un média d’une grande efficacité. Au point, ajoute Le Monde, que la galerie Perrotin a confié sa publicité à l’agence BETC et peut se féliciter d’avoir vu son nombre d’abonnés doubler et ses ventes augmenter. La recette magique ? Les algorithmes, les likes et, plus généralement, la visibilité.

    Le quotidien regrette, à juste titre, que l’outil puissant qu’est Instagram ne mette en avant que les sujets les plus tendances, voire les plus stéréotypés (les visages plutôt que les paysages ou le bleu plutôt que le rouge). L’art sur Instagram, oui, mais sous certaines conditions. Et aussi le danger d’une uniformisation de l’art contemporain.

    Roxana Azimi, "Les jeunes artistes se révèlent sur Instgram", in Le Monde, 26 juin 2018
    Instagram "#artcontemporain
    "

    https://www.artsy.net
    http://arianeyadan.com
    http://www.galerie-art-paris-roynette.com

    Voir aussi : "La brodeuse masquée a encore frappé"

    © Ariane Yadan
    © jean-Baptiste Boyer

  • Titeuf a vingt-cinq ans (et ne les fait pas)

    Pin it!

    Titeuf, le turbulent et attachant enfant, créé sous la plume de Zep, est né en 1993, plus précisément dans les pages du fanzine Sauve qui peut !

    Pour ses vingt-cinq ans - le double de son créateur -, le petit garçon n’est pas prêt à voler de ses propres ailes. En août dernier, le dessinateur suisse sortait À Fond le Slip, le 15e album de sa célèbre série, série que Zep ne se dit pas prêt à lâcher de sitôt.

    Le Monde propose en ce moment un hors-série consacré à Titeuf, "un héros qui colle aux temps modernes", comme l’annonce une de ses rubriques. Journalistes, intellectuels, spécialistes de la BD, psychiatres ou dessinateurs se penchent sur ce petit personnage qui a fait de son univers d’enfant le délice des petits comme des adultes.

    Titeuf ne s’interdit aucun tabou

    Zep a osé, comme personne avant lui, mettre dans la bouche de son personnage des mots et des sujets graves, drôles mais aussi à portée éducative. La série ne s’interdit aucun tabou, comme le rappelle le magazine. L’école et la cour de récréation restent l’univers de Titeuf et de ses camarades – Thérèse, Jean-Claude, Hugo, Ramon et bien entendu Nadia, le grand amour du blondinet à la houppette.

    Pour son hors-série, Le Monde propose un large choix de planches, dont la toute première : "La femme avec pas de boules." Le lecteur s’arrêtera également sur les deux pages engagées de Zep, qui fait paraître le 11 septembre 2015 une aventure tragique de Titeuf plongé dans un pays en guerre.

    Les aventures du jeune héros sont disséquées avec sérieux et sans cacher les polémiques soulevées par une série qui a fait de l'impertinente sa marque de fabrique. Impertinente et saluée par les meilleurs dessinateurs, dont Gottlib qui témoigna à Zep un hommage appuyé – et étonnant.

    Titeuf, du haut de ses vingt-cinq ans, reste plus que jamais le gamin le plus célèbre du monde.

    "Titeuf, 25 ans et toutes ses dents", Le Monde hors-série, janvier 2018
    http://zepworld.blog.lemonde.fr