Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

harlequin

  • 40 bougies pour un géant de l’édition

    Pin it!

    Allez, on ne va pas se raconter d’histoires : qui ne connaît pas Harlequin ? Mieux, qui n’en a pas lu ? Cette maison d’édition qui s’est spécialisée dans la littérature sentimentale et populaire – les mauvais coucheurs diront "à l’eau de rose" – se porte bien : merci pour elle.

    Deux événements nous rappellent qu’Harlequin, né au Canada en 1949 grâce à l’imagination de Mary et Richard Bonnycastle, vit une année 2018 particulière.

    D’abord parce que la maison française fête ses quarante bougies : en 1978, Complainte sicilienne est le premier roman publié dans notre pays dans ce qui deviendra en 1988 la collection Azur.

    L’autre actualité de cet éditeur, que l’on adore snober, est leur nouvelle collection, Magnetic. Harlequin annonce la couleur : intense, moderne et réaliste. Le public visé ? Des lectrices urbaines pouvant s’identifier à "des héroïnes fortes et indépendantes." Quatre premiers ouvrages sont déjà proposés : Troublant contrat de JC Harroway, Amant royal de Ryley Pine (sic), Le Défi du Play-boy de Nicola Marsh et Au Jeu du Désir de Lisa Childs.

    Le modèle économique d’Harlequin n’a pas changé d’un poil : un catalogue pléthorique (700 titres publiés par an), un succès indéniable (4 millions de livres vendus par an), un lectorat fidèle et sans renouvelé (70 % de notoriété, 50 % des lectrices ont moins de 45 ans et 25 % ont entre 15 et 35 ans), avec des chiffres à donner le tournis (7 milliards de livres vendus depuis 1949, 1300 auteurs et des ouvrages traduits dans 30 langues et vendus dans 150 pays).

    Arrêtons donc de faire la fine bouche, et bon anniversaire, Harlequin France.

    https://www.harlequin.fr