Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

œil du frigo

  • Coup de frigo à Nothing Hill

    Pin it!

    Ah, l'amour... Toujours l'amour... C'est sur l'une des plus marquantes comédies romantiques que se penche L’‎Œil du frigo. Coup de foudre à Notting Hill a bien sa place dans cette rubrique réfrigérante. Focus sur un des face-à-face les plus glamour du cinéma. Et la scène se passe, bien entendu, devant un frigo.  

    Nous voici donc dans le conte de fée où un jeune libraire, William Thacker (Hugh Grant), rencontre par hasard une jeune et célèbre star de cinéma, Anna Scott (Julia Roberts). Comme par hasard, ce jeune couple improbable finit chez le jeune libraire dès leur première rencontre. On frôle la naïveté suspendue au doux sourire de Julia Roberts et aux yeux de chien battu du sémillant Hugh Grant. Mais voilà : pour ne pas aller trop vite dans cette scène de connaissance, le réalisateur Roger Mitchell installe entre les deux protagonistes un frigo. A moitié vide certes, avec juste quelques œufs et des abricots qui servent de rempart aux deux acteurs. Le beau Hugh, ne sachant que dire, se plonge la tête dans le frigo à la recherche de quelques plaisirs frais qui ne semblent pas au goût de la belle. Elle décline cette invitation à fricoter devant le frigo.

    Il faut dire que nous sommes en 1999, veille de l'an 2000. Et même si l'on craint la fin du monde, personne n'a oublié la scène de frigo ultra sexe de Kim Bassinger et Mikey Rourke dans 9 Semaines et Demi. Alors, on ne la fait pas à Anna : elle dira non à tout ce que lui propose William, notamment à cette drôle d'idée de déguster des abricots au miel pour cacher le goût de l'abricot.

    Franchement, quand j'y pense, utiliser un frigo pour sortir des tirades aussi graveleuses, j'avoue que j'en perds mon frigo. Sacré réalisateur, qui arrive avec ce trivial appareil d’électroménager et quelques répliques à plonger le couple dans un registre sexuel alors qu'un frigo fait rempart de son corps.

    Un grand merci aussi à l'assistant réalisateur qui nous a placé un bocal d'abricots au miel dans le réfrigérateur pile au moment de la tirade… Pour l’œuf dans la porte, j’avoue que je n'ai pas d’explication terrienne à vous donner.

    Enfin, on comprend qu'elle ne dit pas non à tout, et c'est bien là l'essentiel, car lorsque l'ombre du frigo aura disparu, elle sera plus vulnérable et peut être même qu'elle pourrait se laisser aller à imiter Kim Basinger...

    Voilà un bel exemple pour vous expliquer à quel point le frigo est rentré dans l'inconscient collectif du cinéma et des frigos aux cinéma. Si l'on vous propose de goûter quelques fruits défendus devant un réfrigérateur, sachez à quoi vous attendre – ou sinon, lisez L’‎Œil du frigo. Une belle comédie sentimentale tout en sourire et en dents blanches à voir absolument

    ODF

    Coup de foudre à Notting Hill , comédie de Roger Michell
    avec Julia Roberts et Hugh Grant, Grande Bretagne, 1999, 124 mn

    Voir aussi : "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog"
    "Coup de foudre à Nothing Hill Frigo"
     

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • La face cachée du frigo dans Seven

    Pin it!

    Bla Blog ouvre une nouvelle série en laissant la parole au blog L’‎Œil du Frigo. Chaque semaine, il sera question d'un film vu sous l'angle de notre familier appareil électro-ménager. Premier film à subir cette auscultation : Seven de David Fincher (1995).   

    Je commence cette drôle de chronique par un film bien connu : Seven de David Fincher. Évidemment personne n'a retenu la scène du frigo, et pourtant elle est capitale.

    Elle dure 55 secondes après une vingtaine de minutes et tout y est. La porte s'ouvre sur la gauche et pour une fois nous n'avons pas une vue intérieure du frigo. Juste la porte et rien de ce que l'on devine sur ces étagères est digeste, gris, vert, d'ailleurs, à l'image du frigo.

    En haut à droit de l'image nous avons un compartiment pour le fromage et le beurre (butter and cheese) et c'est juste à cet endroit que Morgan Freeman passe la tète, il rentre dans le crâne du criminel comme dans du beurre. Il descend pour bien vérifier l'étendue des dégâts de ce pauvre frigo. Son appétit est ailleurs et surtout pas tourné vers les "bean and cheese" posé sur la porte. Non, Freeman a soif, soif de compréhension et il va boire la scène à petite gorgée.

    Son regard se pose sur le sol, et son cerveau rentre en ébullition. Il fait quelque chose que pas un n'a fait avant lui (à moins que je ne m'emballe...) il va tirer le frigo et regarder derrière, "bigre !", me direz vous. Là il comprend l'étendu des dégâts, il comprend d'où vient le crime...(non..., pas de derrière les frigos , ne commencez pas vos phobies...) Il voit la face cachée de cet appareil qui sert à faire du froid,ou froid dans le dos, et qui a fait bondir l'humanité vers les supermarchés. Il voit l’œil du criminel, son esprit, son machiavélisme, sa folie. Le film peut alors commencer , tout est gravé à l'arrière du frigo.

    ODF

    Seven, drame policier de David Fincher, avec Brad Pitt, Morgan Freeman,
    Kevin Spacey et Gwyneth Paltrow, USA, 1995, 130 minutes

    Voir aussi :
    "L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog' 
    http://www.loeildufrigo.fr/2016/10/seven.html


    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

  • L’‎Œil du Frigo débarque sur Bla Bla Blog

    Pin it!

    À partir de lundi prochain, Bla Bla Blog ouvre son site à L’‎Œil du Frigo, un blog décalé et passionnant qui nous fera entrer dans l’univers de quelques-uns des grands films de l’histoire du cinéma grâce à des scènes… de frigo. De frigo ? Je vous imagine ouvrir de grands yeux - les mêmes, du reste, que j'ai fait en découvrant L’‎Œil du Frigo.

    Outre le fait que l’invention du cinéma soit quasi contemporaine à celle du réfrigérateur (1895 pour le premier et 1913 pour le Domelre, le premier frigo domestique fonctionnel), les cinéastes ont régulièrement utilisé des scènes, souvent aussi courtes qu’essentielles, autour de notre habituel appareil électroménager.

    Dès lundi, chacune de ces chroniques, postée à midi juste avant votre pause déjeuner, permettra de s’arrêter sur un film et sur une de ces séquences autour d’un réfrigérateur.

    Il est possible ensuite que vous ne verrez plus votre frigo de la même manière. Le premier film chroniqué sera Seven. Rendez-vous lundi prochain.

    http://www.loeildufrigo.fr

    © Nevil

    Tenez-vous informés de nos derniers blablas
    en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

    Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !