Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La femme qui n’aimait pas les hommes

Une fois n’est pas coutume, c’est un manga vieux de plus de 50 ans que je vous propose de découvrir ou redécouvrir. L’auteur ? Osamu Tezuka, que les lecteurs occidentaux connaissent grâce à sa création d’Astro Boy.

Mangaka mythique, figure imposante d’un genre devenu majeur dans la bande dessinée mondiale,  Osamu Tezuka a su repousser les limites du manga, dont La Femme Insecte (éd. Casterman) est un brillant exemple.

Sur plus de 360 pages, Tezuka suit le parcours d’une anti-héroïne tour à tour sublime, géniale, inquiétante, manipulatrice, sensible, blessée et bouleversante. Elle se nomme Toshiko Tomura et, au moment où le récit commence, vient de recevoir un prestigieux prix littéraire. La jeune femme a tout pour susciter l’admiration, l’attirance et aussi la convoitise : elle est jeune, belle, douée et semble ne pas avoir de limite dans les talents. Quel est le secret de Toshiko Tomura ?

Une anti-héroïne tour à tour sublime, géniale, inquiétante, manipulatrice, sensible, blessée et bouleversante

Un jeune designer, Mizuno, l’a connue et a beaucoup à lui reprocher : elle lui a volé un projet pour un concours qu’elle a remporté, et il semble bien que ce ne soit pas le seul méfait de l’auteure.  Toshiko Tomura vit en réalité telle une insecte et une mante religieuse : elle parvient à aspirer et absorber le talent des personnes qu’elle côtoie. Jusqu’où ira-t-elle ? 

La Femme Insecte est une œuvre majeure du manga à travers le portrait d’une femme libre, dont même le mariage dans un  pays aussi traditionnel que le Japon, parvient à renverser les codes. Rappelons aussi que le livre est sorti en 1970, lorsque le Japon commence à devenir une puissance économique et que la société bascule dans une nouvelle modernité.    

Toshiko Tomura fait des hommes – que ce soit les journalistes qui la pistent, les hommes qu’elle séduit, les amants qu’elle côtoie et même son mari, un homme d’affaire qu’elle parvient à piéger comme les autres – des proies qu’elle manipule à souhait. 
Les lecteurs et lectrices de 2022 verront en elle une figure féministe d’autant plus impitoyable et libre qu’elle se cache derrière un physique fragile. Tezuka dessine son héroïne avec tact, finesse et sensualité. Peu de personnages féminins n’ont été représentés avec une telle subtilité, rendant les hommes qu’elle côtoie au mieux pathétiques au pire falots.

Une grande œuvre à découvrir ou redécouvrir. 

Osamu Tezuka, La Femme Insecte, éd. Casterman, Sakka, 1970, 365 p.
https://www.kanpai.fr/osamu-tezuka

Voir aussi : "Complètement baba de bulles"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partagez, twittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel