Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'autre soir, une batteuse a sauvé ma vie

Pin it!

Nous ouvrons aujourd'hui la nouvelle rubrique de Pelhamonabudget. Il vient d'Australie, il est à Paris depuis 2012 et il se décrit comme "le pire musicien de tous les temps". Il est surtout passionné de musiques, de spectacles, de punk rock et de chansons françaises. Il nous offrira régulièrement des chroniques sur ses concerts. Cette semaine il va nous parler du Supersonic et d'une rencontre pas si anodine que cela avec une batteuse.

Et, voilà. : il s’est passé quelque chose de nouveau après mon retour (triomphal – ou pas) aux concerts ce vendredi soir. Évidemment, je mens : j’étais déjà de concert le samedi le 27 avril, mais vu que je n’ai rien vu ce soir-là – à part la porte du Petit Bain – je dirais que mon vrai retour musical était vendredi soir. C’était au Supersonic.

J’ai réussi à y entrer, et j’appelle ça déjà un succès. Bien sûr, la seule manière qui m'a permis d'aller au Supersonic a été l'invitation de quelqu’un. Quelqu’un d’intéressant en fait. C’est une batteuse. J’ai vu son groupe en janvier 2017 et on a un peu discuté. Plus tard, j’ai découvert qu’elle m’avait ajouté sur Facebook. J’étais heureux de l’accepter.

Après avoir accepté sa demande d’amitié, on a échangé sur Facebook. On a parlé de nos philosophies musicales, et tout ça. Elle m’a dit, si je me souviens bien, que le chanteur de son groupe n’était pas bon. J’ai trouvé un peu bizarre que quelqu’un critique de cette manière un membre de son groupe. Juste après, elle m’a demandé ce que j'en pensais. Vu qu’elle considère que son groupe est merdique, avec un mauvais chanteur, je n’ai pas hésité à lui faire ma critique. Je le lui dit, de la manière la plus gentille possible vu que j’avais bu un verre avec eux et que leur musique n’est pas particulièrement puissante. Elle a été apparemment offensée par mon avis et elle a donc commencé à critiquer tout ce que je fais et tout ce que je représente – la critique musicale pour faire court.

La clé des relations humaines est l’évitement

Finalement, j’ai bien apprécié cette personne et sa façon d’être entière. J’ai donc dit à un ami qui cherchait un batteur que j’avais rencontré une musicienne sublime. Elle est maintenant la batteuse de son groupe. Pour autant, je n’avais pas vu le groupe de cet ami depuis que cette batteuse a commencé à jouer avec eux. Rien à voir avec elle, mais plutôt à des raisons personnelles.

Bref, c’est grâce à elle que j’ai réussi à assister au concert du Supersonic, vendredi soir. J’ai réussi à y aller, mais je ne dis pas que je lui ai parlé. Non. Je l’ai vue mais elle vit, évidemment, dans son propre monde et elle ne m’a pas vu pendant la soirée. J’ai préféré. Grâce à la présence de cette batteuse au Supersonic, j’ai vu le groupe Le Dude en Pierre du Square du Temple. Sauf qu’à cause de mon état d’esprit du moment, j’ai trouvé leur musique terriblement déprimante. Cela ne m’a pas empêché de bien aimer le son du groupe Wet DyeDream : leur musique est très tonique et grâce à eux mon humeur s’est améliorée. J'avais une seule crainte : que la batteuse ne me voie.

Voilà : une semaine calme. Je me réhabitue à aller aux concerts. La semaine prochaine, je verrai une artiste américaine que j’ai raté en 2015, à cause d’une intoxication alimentaire. Une dernière chose  : malgré le fait que je n’ai pas parlé à la batteuse du concert de vendredi soir, elle m’a dit ce matin qu’elle serait ravie de prendre un café avec moi un jour. La clé des relations humaines est l’évitement.

Pelhamonabudget

https://pelhamonabudget.wordpress.com

Voir aussi : "Pelham rejoint Bla Bla Blog"

Tenez-vous informés de nos derniers blablas
en vous abonnant gratuitement à notre newsletter.

Likez, partageztwittez et instagramez les blablas de Bla Bla Blog !

Écrire un commentaire

Optionnel