Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’Histoire en France observée à la loupe

Pin it!

L'histoire est une passion française : 85% d'entre eux déclarent s'y intéresser. En ce mois de commémoration de l'armistice 1914-1918 comme des attentats de novembre 2015, l'Observatoire B2V des Mémoires en partenariat avec l'IFOP a interrogé un panel de Français pour savoir quel est l'événement historique le plus important survenu en France ou dans le monde depuis 1900 à leurs yeux.

La question posée par l'IFOP sur l'événement le plus marquant depuis 1900 est sans appel : la Seconde Guerre mondiale est bien la matrice de la mémoire collective des Français. Il s'en est passé pourtant depuis lors : guerres coloniales, massacres et génocides sur toute la planètes, chute du Mur de Berlin et de l'empire soviétique, vague de terrorisme, construction européenne, etc. Rien n'y fait. Même la Première Guerre mondiale pourtant régulièrement au cœur de l'actualité avec les commémorations du Centenaire n'occupe qu'une place seconde dans les représentations collectives des Français.

46% des Français citent des événements liés aux fureurs du temps, ce qui signe la part structurante de ces violences "extraordinaires". Il s'agit précisément des deux guerres mondiales et du terrorisme, avec donc une prime à la Seconde Guerre mondiale, nuancée par l'évocation des deux guerres par 11%. Avant de revenir sur les présents, notons les absents : ainsi de la guerre d'Algérie, de l'abolition de la peine de mort ou du Front populaire, mais aussi la Shoah en tant que telle.

Ce sont des hommes bien plus des femmes, mais aussi des jeunes (moins de 35 ans) qui citent plus la Seconde Guerre mondiale, ce qui peut sembler contre-intuitif pour les jeunes sauf à y trouver, peut-être, la place du sujet à l'école, au-delà même des programmes.

Politiquement ce sont très sensiblement les sympathisants d'Emmanuel Macron qui sont surreprésentés. Est-ce lié à la place des commémorations depuis son élection ? Au profil sociopolitique des électeurs ?

Les sympathisants de la France insoumise, les jeunes mais aussi les femmes, citent en plus grand nombre le terrorisme. C'est l'autre leçon du sondage : la mémoire courte des actes terroristes est présente, avec 10% de citations à une question qui ne demandait a priori qu'une réponse. C'est dire la force de cette thématique, singulièrement auprès des femmes, des 25-34 ans et des sympathisants de la France insoumise et du Front national.

On notera cependant que la Région parisienne est sous-représentée sur cet item alors même que la majorité des attentats s'y sont produits. Cela rejoint d'autres études qui montrent qu'à la suite des attentats parisiens et avant celui de Nice, la « peur », principal sentiment cité, augmentait à mesure qu'on s'éloignait de Paris.

Une seule question, une seul réponse le plus souvent. Et ce sont là des données passionnantes pour tous les protagonistes de la vie publique.

Source : Denis Peschanski, historien,
Directeur de recherches au CNRS
et membre du Conseil Scientifique de l'Observatoire B2V

www.observatoireb2vdesmemoires.fr

Écrire un commentaire

Optionnel